Vitréolyse laser :

La vitréolyse laser ou traitement laser des corps flottants est une technique non invasive et non douloureuse permettant d’éliminer la gêne visuelle causée par les corps flottants. Le but est d’obtenir une amélioration visuelle notable pour reprendre une activité normale sans être gêné par ces corps flottants.

La vitréolyse nécessite l’envoi d’un impact laser Yag d’une nanoseconde qui va vaporiser l’opacité vitréenne. Durant ce processus les fibres de collagènes et les molécules d’acide hyaluronique sont converti en gaz. A la fin de la procédure le corps flottant a donc disparu ou tout au moins a nettement réduit de taille pour ne plus impacter la vision

La procédure est réalisée dans notre centre sans hospitalisation. Un traitement préopératoire et post opératoire par collyre est prescrit. Durant la procédure une lentille de contact spécifique est posée sur votre œil et le laser est délivré grâce à un microscope spécialisé.

Le traitement dure 20 minutes environ, vous êtes assis derrière le microscope et durant le traitement vous pouvez observer de petites bulles rondes et noires correspondant à la vaporisation du corps flottant en petites bulles de gaz. Il faut dans la majorité des cas 2 à 3 séances pour obtenir une amélioration significative et satisfaisante pour le patient mais certains corps flottants volumineux nécessitent jusqu’à 6 séances

Dans les heures qui suivent il est possible d’observer des petits ronds noirs dans la partie inférieure du champ visuel, mais ces petites bulles de gaz se dissolvent rapidement.

Les complications de la vitréolyse sont rares. Une augmentation passagère de la pression intraoculaire est possible mais prévenue habituellement par la prescription d’un collyre hypotonisant par votre ophtalmologiste. L’apparition d’une cataracte est rare, une lésion rétinienne est exceptionnelle.

Les corps flottants les plus facilement opérables par vitréolyse sont les corps flottants, uniques, petits, denses, à distance de la rétine et du cristallin. Typiquement il s’agit du corps flottant du type “anneau de Weiss” apparaissant après un décollement postérieur du vitré (DPV). Ces corps flottants nécessitent habituellement peu de séance (2 ou 3) pour être vaporisés.

A l’inverse les corps flottants, multiples, gros, peu denses ou nuageux, proche de la rétine ou du cristallin sont de traitement plus difficile. Heureusement ces corps flottants sont plus rares. Ils peuvent nécessiter un nombre important de séances et la vaporisation complète n’est pas toujours obtenue. Dans ce cas une chirurgie de type vitrectomie peut être proposée, d’emblée ou après insuffisance d’un traitement laser.

Dans tous les cas nous ne traitons jamais les corps flottants d’apparition récente mais seulement après une période de plusieurs mois, ce qui permet de s’assurer de la réalité de la gêne (de nombreux corps flottants devenant non ou peu gênant après quelques semaines) et du caractère complet du décollement postérieur du vitré (DPV).

Nous disposons du laser Ellex. Un très bon site pour plus d’information si vous maitrisez l’anglais : ici

Résultats de notre étude préliminaire sur les corps flottants présentée à la Société Française d’ophtalmologie 2018 : ici

Rédaction : Docteur Pierre-Olivier LAFONTAINE le 25/03/2017. Dernier contrôle et modification le 12/12/2018.


Avertissement important :

La rédaction des pages médicales de ce site est réalisée par un des médecins du centre Oculus (signifié en bas de chaque page). Le rédacteur s’attache à ce que l’information délivrée soit la plus utile, la plus honnête et la plus consensuelle possible au moment de la rédaction de l’article (date stipulée également en bas de page). Cependant nous nous attachons aussi à ce que l’information corresponde effectivement à ce qui est réalisé dans notre centre. Certaines stratégies thérapeutiques, certains choix, certains avis (notamment sur des produits (implants,…) ou des médicaments commercialisés) peuvent donc être différents suivant le médecin consulté tant dans notre centre qu’ailleurs. Il ne s’agit en aucun cas d’une information exhaustive ou personnalisée, et même le médecin rédacteur peut avoir une stratégie différente de celle décrite face à votre cas personnel et/ou en fonction des évolutions scientifiques entre la rédaction de l’article et votre consultation.