Qu’est-ce qu’une injection intra-vitréenne ?

Il s’agit de l’injection d’un produit médicamenteux dans la cavité vitréenne de votre oeil à travers la conjonctive à l’aide d’une petite aiguille. Cette intervention se réalise dans notre bloc qui respecte scrupuleusement les conditions d’asepsie et d’antisepsie.


Que peut-on injecter ?


Selon la pathologie, le produit injecté dans votre cavité vitréenne sera un anti-angiogénique (Lucentis®, Eylea®) ou un corticoïde (Ozurdex®). Elle est habituellement destinée à traiter certaines affections de la rétine comme :

  • La dégénérescence maculaire liée à l’âge (DMLA) en phase œdémateuse.
  • La rétinopathie diabétique proliférante.
  • L’œdème rétinien de la macula.
  • La thrombose veineuse rétinienne.
  • Plus rarement, l’infection intraoculaire après chirurgie.

Comment se déroule-t-elle ?

Vous serez installé en position allongée sur le dos ou demi-assise, et porterez une charlotte de protection sur les cheveux et une chemise jetable.

L’assistante de l’ophtalmologiste qui le seconde anesthésiera votre œil avec un collyre anesthésiant, et désinfectera vos paupières et votre œil. Elle placera un champ opératoire autour de votre œil, masquant votre visage, et maintiendra vos paupières en position ouverte grâce à un écarteur de paupière..

L’injection ne dure que quelques secondes.

Après l’injection, le médecin procédera à une instillation de gouttes antibiotiques.

Dans la très grande majorité des cas, l’œil traité reste indolore. Selon le produit injecté, il peut arriver de voir quelques tâches dans le champ de vision, pendant quelques heures à quelques jours. Elles sont dues à la présence du médicament injecté dans le vitré (gel transparent qui remplit les 4/5ème de l’œil, derrière le cristallin). Les tâches se résorbent généralement mais peuvent persister. N’hésitez pas à demander conseil auprès de notre secrétariat.


Quelles peuvent être les complications ?

Une sensation de sable, de brûlure ou des picotements sont quasiment systématiques le premier jour. Des « mouches » peuvent être perçues les premiers jours. La complication locale la plus grave est représentée par l’infection ou endophtalmie, qui peut entraîner la perte de l’œil et de la vision. Les complications générales sont exceptionnelles.

En cas de douleurs, il est important de prévenir votre médecin ou de vous rendez directement au cabinet aux horaires d’ouverture.


Quel est le suivi après le traitement ?

Des contrôles cliniques avec mesure de l’acuité visuelle et examen du fond d’œil associés à un examen avec OCT seront réalisés régulièrement, permettant de préciser l’indication d’une nouvelle injection.