Avertissement important:

La rédaction des pages médicales de ce site est réalisée par un des médecins du centre Oculus (signifié en page de chaque page). Le rédacteur s’attache à ce que l’information délivrée soit la plus utile, la plus honnête et la plus consensuelle possible au moment de la rédaction de l’article (date stipulée également en bas de page). Cependant nous nous attachons aussi à ce que l’information corresponde effectivement à ce qui est réalisé dans notre centre. Certaines stratégies thérapeutiques, certains choix, certains avis (notamment sur des produits (implants,…) ou des médicaments commercialisés) peuvent donc être différents suivant le médecin consulté tant dans notre centre qu’ailleurs. Il ne s’agit en aucun cas d’une information exhaustive ou personnalisée, et même le médecin rédacteur peut avoir une stratégie différente de celle décrite face à votre cas personnel et/ou en fonction des évolutions scientifiques entre la rédaction de l’article et votre consultation.

 

Qu’est-ce qu’un implant intraoculaire ?

L’implant intraoculaire est une lentille optique synthétique remplaçant le cristallin naturel. Elle est placée dans l’enveloppe naturelle du cristallin (le plus souvent lors de votre intervention de cataracte). Pour cela, votre chirurgien procède à des micro-incisions ne nécessitant pas de suture. Les implants intra-oculaires sont le plus souvent souples pour permettre leur pliage et leur injection. L’implant le plus adapté à votre besoin vous sera proposé, c’est à dire en fonction de votre défaut optique et du type de correction que vous souhaitez. Ce choix est le plus souvent guidé et prescrit par le chirurgien.

Toute chirurgie de la cataracte nécessite sauf rares exception, la pose d’un implant, même si vous n’aviez pas de correction auparavant. En effet il faut compenser la perte de la puissance optique du cristallin retiré.

La pose de l’implant ne nécessite qu’une simple opération réalisée en ambulatoire. Dans la majorité des cas l’œil opéré est indolore.

Les suites opératoires normales sont habituellement simples et la récupération visuelle rapide (quelques heures à quelques jours). Un traitement local à base de gouttes est nécessaire pendant deux à trois semaines, mais la reprise des activités professionnelles est possible rapidement. Une fois l’implant en place, il n’y a ni changement ni entretien de la lentille, seule une surveillance médicale régulière sera nécessaire.

Quels sont les différents implants qui existent ?

Il existe plusieurs types d’implants qui corrigent différents défauts de la vision. Votre chirurgien vous dirigera vers l’implant le plus adapté à vos besoins et vos envies. Parmi les implants il existe :

  • Les implants monofocaux,
  • Les implants monofocaux toriques
  • Les implants multifocaux,
  • Les implants multifocaux toriques
  • Les implants monofocaux accomodatifs

Les implants monofocaux pour corriger la myopie ou l’hypermétropie

Ce sont les plus utilisés aujourd’hui. Il s’agit d’implants intraoculaires fixes (ne bougeant pas dans l’œil). Il existe de nombreux modèles d’implants monofocaux qui se différencie donnant cependant des résultats visuels équivalents.

  • Ces implants traditionnels ne corrigent que la myopie ou l’hypermétropie et donnent une excellente qualité de vision de loin dans la mesure ou aucun astigmatisme résiduel ne persiste.
  • En choisissant un implant monofocal, vous décidez d’avoir des lunettes de loin ou de près. Si vous gardez un peu de myopie, vous aurez des lunettes de loin mais vous pourrez lire sans lunettes. Si vous n’avez pas de myopie postopératoire, vous verrez de loin sans lunettes mais vous aurez des lunettes pour lire.
  • L’avantage des implants monofocaux est une très bonne qualité de vision même si le système visuel n’est pas parfait au départ (cornée irrégulière, macula un peu modifiée). L’inconvénient avec les implants monofocaux est que vous devrez porter soit des lunettes de près soit des lunettes de loin, souvent même des verres progressifs car il n’y a pas non plus de vision intermédiaire.
  • Ces implants représentent la sécurité quant à la qualité optique des résultats. Dans le cadre de la cataracte, ces implants (et seulement ceux ci) sont compris dans le cout de la chirurgie de la cataracte, prise en charge par l’assurance maladie.

Les implants monofocaux torique pour corriger la myopie ou l’hypermétropie ainsi que l’astigmatisme

Ce sont des implants mono-focaux qui comportent une correction associée de l’astigmatisme permettant de le corriger la puissance optique de la cornée sur ses 2 axes principaux.

L’astigmatisme est un défaut optique de l’œil lié le plus souvent à la différence de puissance optique de la cornée entre ses deux axes principaux (corne en forme de ballon de rugby).

Ces implants comportent une zone plus puissante sur une partie de la lentille intraoculaire. La correction de l’astigmatisme se faisant en fonction d’un axe, la lentille aura un positionnement bien précis pour supprimer cet astigmatisme c’est à dire sur l’axe le plus bombé de la cornée.

  • Comme les implants monofocaux classique ils donnent une excellente qualité de vision de loin même en cas d’astigmatisme pré opératoire mais pas de près ni intermédiaire

Lorsque des lunettes de loin sont malgré tout nécessaires après la pose de ce type d’implant, elles sont en général utilisé de manière ponctuelle pour des activités très exigeantes, plus légères, plus confortables et moins couteuses.

L’inconvénient avec les implants monofocaux, torique ou non, est que vous devrez porter soit des lunettes de près soit des lunettes de loin, souvent même des verres progressifs car il n’y a pas non plus de vision intermédiaire.



Les implants multi-focaux  pour corriger la presbytie

Les implants multi-focaux sont des implants composés de deux (ou trois) zones en micro-relief permettant de dévier la lumière en deux (ou trois) foyers pour que vous puissiez voir de loin et de près sans lunette. Ils sont indiqués pour la correction de la presbytie  mais ne le sont pas si vous êtes astigmate car les implants multi-focaux ne corrigent pas l’astigmatisme.

Ce sont donc des implants à « double (ou triple) foyers » corrigeant principalement la vision de loin et de près. La vision intermédiaire (notamment entre 45 cm et 1 m) est satisfaisante mais parfois légèrement insuffisante lors d’un travail intensif (par exemple sur écran informatique) pour les doubles foyers, elle est plus performante pour les triples foyers. Ces implants comportent quelques inconvénients le plus souvent mineurs qui diminuent et disparaissent en général en 3 à 6 mois: – Un apprentissage de la vision, – Des halos lumineux en cas de lumière vive (phare de voiture par exemple), – La difficulté à voir dans l’obscurité (attention en particulier à la conduite de nuit), – La vision de près nécessite un éclairage suffisant.

L’avantage est qu’il y a une diminution voire une disparition de la nécessité d’avoir des lunettes postopératoires. Il peut néanmoins dans certaines circonstances de lecture, y avoir des lunettes d’appoint.

C’est avec les implants multifocaux que l’on obtient à l’heure actuelle les meilleurs résultats d’opération de la presbytie


Les implants multifocaux toriques pour corriger l’astigmatisme

Ce sont des implants multi-focaux qui comportent en plus une correction associée de l’astigmatisme permettant de le corriger la puissance optique de la cornée sur ses 2 axes principaux.

L’astigmatisme est un défaut optique de l’œil lié le plus souvent à la différence de puissance optique de la cornée entre ses deux axes principaux (corne en forme de ballon de rugby).

Ces implants comportent une zone plus puissante sur une partie de la lentille intraoculaire. La correction de l’astigmatisme se faisant en fonction d’un axe, la lentille aura un positionnement bien précis pour supprimer cet astigmatisme c’est à dire sur l’axe le plus bombé de la cornée.

Il présente les mêmes inconvénients et avantages que les implants multi focaux décrits plus haut.

Lorsque des lunettes sont malgré tout nécessaires après la pose de ce type d’implant, elles sont en général utilisé de manière ponctuelle pour des activités très exigeantes, plus légères, plus confortables et moins couteuses.

Les implants monofocaux accomodatifs pour corriger la presbytie

Il s’agit d’implants monofocaux. Ces implants permettent d’imiter l’accommodation naturelle du cristallin et de faire varier la puissance de l’optique de lors de la contraction de votre muscle ciliaire à l’intérieur de votre œil. Il fera donc la mise au point sur des éléments à des distances différentes vous offrant une vue de près, de loin et intermédiaire.

La différence avec les implants multi-focaux est que l’optique de ces implants est monofocale c’est à dire offrant un seul point de focalisation. En pratique, vous percevrez l’intégralité des rayons lumineux malgré les conditions d’éclairage, ainsi que de votre âge et de votre pupille. Cela permettra de réduire le risque d’éblouissement et de halos lumineux ainsi qu’une meilleure vision des contrastes.

En théorie c’est l’implant parfait ! En pratique, la vision de près si elle est améliorée est souvent insuffisante pour lire de manière prolongé. Car si l’ablation du cristallin améliore la contraction du muscle ciliaire, celle-ci diminue avec l’age.

Pour ces raisons et parce que par ailleurs les implants multi-focaux de dernière génération (voir ci dessus) donne des résultats plus complets ces implants sont réservés à des patients moins exigeant en vision de près. Ils sont par contre bien adaptés à des patients souhaitant améliorer leur vision intermédiaire (bricolage, cuisine) sans risque de halos et acceptant une correction de près pour lire.

Ils sont également proposés aux patients présentant une contre-indication aux implants multifocaux, comme par exemple une pathologie rétinienne.

Pour plus d’informations, vous pouvez visualiser :

la feuille d’information de la Société Française d’Ophtalmologie sur les différent implants.

la feuille d’information de la Société Française d’Ophtalmologie sur la chirurgie à visée réfractive du cristallin.

Rédaction : Docteur Pierre-Olivier LAFONTAINE le 27/03/2015. Dernier contrôle et modification le 30/09/2018.