Avertissement important :

La rédaction des pages médicales de ce site est réalisée par un des médecins du centre Oculus (signifié en bas de chaque page). Le rédacteur s’attache à ce que l’information délivrée soit la plus utile, la plus honnête et la plus consensuelle possible au moment de la rédaction de l’article (date stipulée également en bas de page). Cependant nous nous attachons aussi à ce que l’information corresponde effectivement à ce qui est réalisé dans notre centre. Certaines stratégies thérapeutiques, certains choix, certains avis (notamment sur des produits (implants,…) ou des médicaments commercialisés) peuvent donc être différents suivant le médecin consulté tant dans notre centre qu’ailleurs. Il ne s’agit en aucun cas d’une information exhaustive ou personnalisée, et même le médecin rédacteur peut avoir une stratégie différente de celle décrite face à votre cas personnel et/ou en fonction des évolutions scientifiques entre la rédaction de l’article et votre consultation.

Qu’est-ce que le glaucome ?

Le glaucome est une maladie de l’œil responsable de lésions du nerf optique. Il s’agit du nerf partant de la rétine, à l’arrière de l’œil, et transportant les images jusqu’au cerveau. Elle est le plus souvent due à une élévation de la pression interne de l’œil (hypertension intra-oculaire). Si elle n’est pas traitée, elle peut engendrer une déficience visuelle, voire la cécité (perte de la vision).

Lorsque le nerf optique est abîmé, le champ visuel est réduit. Cette affection est la seconde cause de cécité en France, après la dégénérescence maculaire liée à l’âge (DMLA).


Qu’est-ce que la pression intraoculaire ?

     À l’intérieur de l’œil, un liquide est produit en permanence : c’est l’humeur aqueuse. Elle est évacuée au travers d’un filtre situé à l’angle entre l’iris et la cornée, appelé trabéculum. Si l’évacuation du liquide est ralentie, la pression à l’intérieur du globe oculaire s’élève anormalement et provoque une altération des fibres du nerf optique.


Les différents types de glaucome

     Le glaucome chronique à angle ouvert : c’est la forme la plus fréquente de la maladie (90 % des cas). Il est provoqué par l’obstruction par « encrassement » progressive du filtre d’évacuation de l’humeur aqueuse, le trabeculum. L’altération de la vision est lente, indolore, sans gêne perceptible au début. Ainsi, le glaucome est difficile à dépister, car il évolue longtemps sans symptômes apparents.

     Le glaucome aigu à angle fermé : il est dû à une anomalie de l’anatomie de l’œil empêchant l’évacuation de l’humeur aqueuse à travers le trabéculum. Celle-ci reste totalement bloquée derrière l’iris. Il est provoqué par la fermeture brutale du filtre d’évacuation de l’humeur aqueuse, le trabéculum. La pression à l’intérieur de l’œil augmente fortement. La personne ressent des symptômes caractéristiques : douleurs brutales, sensation d’œil qui va exploser, baisse soudaine de la vision. Il faut alors agir en urgence, pour éviter que le nerf optique ne soit endommagé et que la personne ne devienne rapidement aveugle.

     Les glaucomes secondaires : ils sont liés à un traumatisme de l’oeil (un choc, un coup) ou à une maladie inflammatoire ou congénitale.


Les facteurs de risque

Les causes du glaucome chronique ne sont pas connues. Elles sont vraisemblablement multiples.

Plusieurs facteurs semblent cependant favoriser cette maladie :

  • l’augmentation de la pression intraoculaire au-delà de 21 mm Hg : c’est le principal facteur. Cependant, toutes les hypertonies (ou hypertensions) oculaires n’entraînent pas un glaucome chronique et inversement il existe des glaucomes avec une pression intraoculaire dans les limites de la normalité ;
  • l’âge : le glaucome survient en général à partir de 40 ans et sa fréquence augmente avec l’âge ;
  • la myopie ;
  • l’hérédité : le risque de glaucome est augmenté si un parent est atteint ; nous retrouvons des facteurs héréditaires dans 30 % des glaucomes ;
  • une hypertension artérielle, un diabète, une apnée du sommeil ou encore la prise prolongée de corticoïdes peuvent accroître le risque de glaucome.

Les causes du glaucome aigu à angle fermé sont mieux connues :

  • Sujet féminin;
  • Hypermétropie forte
  • Plus de 50 ans
  • Médicament dilatant l’iris (Myotique) : Atropine, certains antidépresseurs,..

Comment le dépister ?

Lors de votre consultation ophtalmologique un examen complet des yeux est réalisé. Il permettra de vérifier l’état de la cornée, de l’iris et du cristallin.

Lors de votre consultation, nous mesurons systématiquement la pression oculaire. La moyenne de la pression oculaire de la population est de 16,5 mm de mercure. 90 % de la population a  une pression oculaire inférieure à 21 mm de mercure. 10 % ont une pression supérieure à 21 mm de mercure. Attention, une pression supérieure à 21 mm ne signifie pas obligatoirement glaucome. Le nerf optique est quant à lui examiné au fond de l’oeil après dilatation par un collyre spécifique. Il a pour but d’évaluer son aspect, l’aspect des fibres optiques et des vaisseaux.

Si le moindre doute subsiste, votre médecin ophtalmologiste vous proposera un nouveau rendez-vous afin de mesurer la pression oculaire à des heures variables de la journée, réaliser un champ visuel et un OCT des fibres optiques.

Le champ visuel commence à être altéré lorsque près de 40 % des fibres du nerf optique sont détruites. Le patient ne s’en rend pas habituellement pas compte spontanément avant que 90¨% du champ visuel soit altéré.

L’OCT en revanche permet un diagnostic précoce.

En cas de doute ou de glaucome avéré, ces examens sont ensuite réalisés régulièrement tous les 3 mois à 2 ans suivant la gravité de l’atteinte. L’EGS (European Glaucoma Society, Société européenne du Glaucome) recommande un suivi tous les 3 mois.

N’hésitez pas à demander conseil auprès de votre médecin ophtalmologiste.


Comment se traite le glaucome ?

     Le traitement vise à faire baisser la tension oculaire pour atteindre une pression cible.

    La pression cible est la pression sous traitement qui permet de prévenir la progression ou l’apparition de l’altération du champ visuel. On considère qu’une diminution de 20 % de la pression initiale est le plus souvent suffisante. Une diminution de 25 % de la pression diminue le risque de progression de 45%. En cas de glaucome avancé, la pression doit être de moins de 18 mm Hg et dans certains cas, plus basse.

    Le niveau de la pression cible varie avec :

  • le niveau de la tension avant tout traitement
  • le stade du glaucome. Dans un glaucome avancé, toute altération du champ visuel peut devenir catastrophique.
  • l’existence d’une myopie forte
  • le taux de progression des altérations du champ visuel
  • l’âge du patient
  • la présence d’autres facteurs de risque
  • le temps : La pression cible doit être ajustée tout au long de la maladie.

Tout glaucome diagnostiqué et évolutif doit être traité soit par un collyre, soit par un traitement laser, soit par une opération du glaucome.

     Le glaucome à angle ouvert peut être opéré par le Laser argon ou Laser SLT (Selective Laser Trabeculoplasty). Il consiste à réaliser des impacts dans l’angle entre l’iris et la cornée, plus précisément sur le trabéculum. Il a pour effet de « désencrasser » et/ou d’élargir les mailles du trabéculum lui permettant d’être plus perméable à l’humeur aqueuse.

     L’opération est réalisée sans hospitalisation, elle est de réalisation technique simple et peut être faite à notre cabinet. Un collyre anesthésique est instillé sur l’œil et une lentille de contact est posée sur l’œil afin de visualiser sous microscope le trabéculum.

    Les suites du traitement laser du glaucome sont simples. Il existe tout au plus une irritation de l’œil qui dure quelques jours. Un traitement anti inflammatoire est alors prescrit pendant une semaine environ. Ce traitement est efficace car il réduit de près de 30 % la pression oculaire, ce qui permet d’arrêter les collyres ou d’en diminuer le nombre prescrit.

    Mais son efficacité n’est pas permanente. La tension oculaire remonte après 3 ans environ dans près de 40 % des cas. Un traitement médical doit être souvent réinstauré après quelques années.

     Le glaucome à angle fermé doit être traité par le laser. Il consiste à réaliser une ouverture de l’iris, iridectomie réalisée au Laser yag, afin d’éviter qu’il ne bouche le trabéculum lors de son relâchement. L’opération du glaucome à angle fermé se réalise sans hospitalisation selon les mêmes suites et modalités que dans l’opération au laser pour le glaucome à angle ouvert.


Pour plus d’informations, vous pouvez visualiser la feuille d’information de la Société Française d’Ophtalmologie.

Rédaction : Docteur Pierre-Olivier LAFONTAINE le 10/05/2015. Dernier contrôle et modification le 22/11/2015.